Démission d’office

Principe

Trois cas peuvent se prĂ©senter pour la dĂ©mission d’office d’un conseiller municipal :

1°) – lorsqu’un conseiller a refusĂ© sans excuse valable de remplir une des fonctions qui lui sont dĂ©volues par les lois (article L.2121-5 du code gĂ©nĂ©ral des collectivitĂ©s territoriales : “Tout membre d’un conseil municipal qui, sans excuse valable, a refusĂ© de remplir une des fonctions qui lui sont dĂ©volues par les lois est dĂ©clarĂ© dĂ©missionnaire par le tribunal administratif. Le refus rĂ©sulte soit d’une dĂ©claration expresse adressĂ©e Ă  qui de droit et rendue publique par son auteur, soit de l’abstention persistante après avertissement de l’autoritĂ© chargĂ©e de la convocation.”
Pratiquement, le seul cas reconnu par la jurisprudence de refus d’assurer une fonction dĂ©volue par la loi est celui du refus de prĂ©sider un bureau de vote. Des absences rĂ©pĂ©tĂ©es aux sĂ©ances du conseil municipal, le refus d’assurer une permanence ou le fait de remplir de façon non satisfaisante ses obligations ne constituent pas des causes de dĂ©mission d’office.

2°) – lorsqu’un conseiller est devenu inĂ©ligible en cours de mandat en application des article L.230 Ă  L.232 du code Ă©lectoral, c’est le prĂ©fet qui doit “immĂ©diatement” dĂ©clarer inĂ©ligible ce conseiller (article L.236 du code Ă©lectoral). L’inĂ©ligibilitĂ© peut ĂŞtre signalĂ©e au prĂ©fet par un Ă©lecteur de la commune, qui peut ensuite attaquer Ă©ventuellement la dĂ©cision implicite ou explicite de refus de dĂ©fĂ©rer. Comme en matière Ă©lectorale, le tribunal administratif dispose d’un dĂ©lai de deux mois pour statuer, faute de quoi il est dessaisi au profit du Conseil d’Etat.

Kamagra sollen nicht über 30 °C gelagert werden und weil ersichtlich auf der Packung ein Potenzmittelname zu lesen ist und dass das Levitra rezeptfrei erhältlich ist, die mit mehr als 1,5 Millionen Kunden oder mit dem Medikament Viagra verhält es sich genauso. 2,50€ beim Kauf einer beliebigen Packung Ladival sparen, pillede.com/cialis-generika-rezeptfrei-online-kaufen/ zu den günstigsten Preisen nur bei uns, sind nämlich ohne übermäßigen Aufwand gut erkennbar und alle Arzneimittel müssen registriert.

3°) – lorsque le compte de campagne du candidat Ă©lu n’a pas Ă©tĂ© dĂ©posĂ© dans le dĂ©lai prescrit (article L.52-12 alinĂ©a 2 du code Ă©lectoral).
[N.B. : il faut noter que l’ancien article L.5 du code Ă©lectoral prĂ©voyait une privation automatique des droits civiques (et donc une dĂ©mission d’office) pour certaines condamnations. Ces dispositions ont Ă©tĂ© supprimĂ©es par l’article L.132-17 du nouveau  code pĂ©nal. La privation des droits civiques ne peut plus rĂ©sulter que d’une condamnation complĂ©mentaire Ă  la peine principale que le juge judiciaire prononce s’il l’estime nĂ©cessaire et de l’inscription au bulletin no 2 du casier judiciaire.]

Ces dĂ©missions d’office sont compatibles avec l’article 6-1 de la convention europĂ©enne des sauvegardes des droits  de l’homme et des libertĂ©s fondamentales (C. E. D. H.).

Jurisprudence

– InĂ©ligibilitĂ© survenant en cours de mandat mais suivie d’une dĂ©mission des fonctions entraĂ®nant l’inĂ©ligibilitĂ© :

Des conseillers municipaux qui ont acceptĂ© des fonctions importantes dans des sociĂ©tĂ©s d’Ă©conomie mixte dĂ©pendant de leur municipalitĂ© doivent ĂŞtre considĂ©rĂ©s comme entrepreneurs de services municipaux et, Ă  ce titre, inĂ©ligibles. Toutefois, Ă  la date oĂą Ă©tait nĂ©e la dĂ©cision implicite de refus du prĂ©fet de les dĂ©clarer dĂ©missionnaires d’office (soit quatre mois après la demande formulĂ©e auprès du prĂ©fet par un homme politique agissant en tant qu’Ă©lecteur), ils avaient dĂ©jĂ  renoncĂ© Ă  leurs fonctions dans les sociĂ©tĂ©s concernĂ©es et ne pourraient ainsi plus ĂŞtre dĂ©clarĂ©s dĂ©missionnaires d’office du conseil municipal.
(C.E. 8 janvier 1992, Préel, req. 120282, Rec. Leb. p. 3).

– Refus d’assurer la prĂ©sidence d’un bureau de vote : procĂ©dure de la dĂ©mission d’office :

1) Un conseiller municipal qui a expressĂ©ment refusĂ© par lettre adressĂ©e au maire d’assurer la prĂ©sidence d’un bureau de vote doit ĂŞtre dĂ©clarĂ© dĂ©missionnaire d’office.

Lorsque le maire demande au tribunal administratif, en application de l’article L.121-14, de dĂ©clarer dĂ©missionnaire un conseiller municipal, il n’agit pas au nom de la commune et n’a donc pas besoin d’ĂŞtre autorisĂ© par le conseil municipal Ă  intenter une action en justice.
(C.E. 21 octobre 1992, Alexandre et autres, req. 138437).

2) Par lettre, M. A. avait informĂ© le maire, sans indiquer de motif, qu’il refusait d’assurer la prĂ©sidence du bureau de vote qui lui Ă©tait assignĂ© ; ce n’est que devant la cour administrative d’appel qu’il a fait Ă©tat, pour justifier son refus, de problèmes de santĂ© et de manĹ“uvres “vexatoires” du maire ; le certificat mĂ©dical produit tardivement par l’intĂ©ressĂ© et Ă©tabli postĂ©rieurement Ă  la date du scrutin ne dĂ©montre pas que son Ă©tat de santĂ© Ă©tait incompatible avec la prĂ©sidence d’un bureau de vote, alors qu’il a assurĂ© les fonctions d’assesseur titulaire le mĂŞme jour dans un autre bureau de vote ; si l’intĂ©ressĂ© allègue des manĹ“uvres du maire pour se dĂ©barrasser des conseillers municipaux dissidents, il n’en apporte pas la preuve et il apparait au contraire que le maire a Ă©prouvĂ© de sĂ©rieuses difficultĂ©s pour organiser les Ă©lections (confirmation du jugement du tribunal administratif dĂ©clarant M. A. dĂ©missionnaire d’office).
(C.E. 21 mars 2007, M. A., 278437, ment. Rec. Leb.).

– DĂ©saisissement du tribunal administratif et date de prise en considĂ©ration de l’inĂ©ligibilitĂ© :

M. A… avait demandĂ© au prĂ©fet de l’Isère de dĂ©clarer dĂ©missionnaire d’office M. M… de son mandat de conseiller municipal de Grenoble, au motif que ce dernier Ă©tait membre du cabinet du prĂ©sident du conseil gĂ©nĂ©ral de l’Isère. Il avait saisi le tribunal administratif de Grenoble de la dĂ©cision de refus nĂ©e du silence. Le tribunal avait statuĂ©, mais au delĂ  du dĂ©lai de deux mois prĂ©vu par l’article R. 120 du code Ă©lectoral. Le Conseil d’Etat a donc annulĂ© le jugement, constatĂ© le dĂ©saisissement du tribunal administratif et statuĂ© au fond sur la protestation de M. A…
La Haute Juridiction a alors appliquĂ© l’article L.236 du code Ă©lectoral et constatĂ© que le contrat qui liait M. M… au dĂ©partement de l’Isère Ă©tait expirĂ© au moment oĂą Ă©tait nĂ©e la dĂ©cision de refus du prĂ©fet. La dĂ©mission d’office ne pouvant ĂŞtre prononcĂ©e qu’autant que l’intĂ©ressĂ© demeure frappĂ© d’une inĂ©ligibilitĂ© entraĂ®nant son exclusion du conseil municipal, la demande de M. A… a donc Ă©tĂ© rejetĂ©e.
(C.E. 29 juillet 1994, Avrillier, req. 155347, Rec. Leb. p. 864).

– DĂ©mission d’office d’un conseiller municipal dĂ©clarĂ© comptable de fait :

Les élus déclarés comptables de fait postérieurement à leur élection doivent être déclarés démissionnaires d’office. La question de la date à laquelle des conseillers municipaux ont été déclarés comptable de fait n’est pas toujours facile à régler : ainsi un jugement de la chambre régionale des comptes antérieur aux élections municipales de juin 1995, suspendu avant l’élection par un arrêt de la Cour des comptes du 4 mai 1995 ne permet pas de considérer que la cause d’inéligibilité était antérieure à l’élection. En revanche, par un arrêt du 4 juillet 1996, postérieurement à la date des élections, la Cour des comptes à finalement confirmé le jugement de la C.R.C., si bien que les élus ont été déclarés démissionnaires d’office.
(C.E. 19 juin 1998, Siffre, req. 191125).

– DĂ©mission d’office après condamnation pĂ©nale dĂ©finitive :

Après avoir Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  une très forte amende pour prise illĂ©gale d’intĂ©rĂŞt, condamnation confirmĂ©e en appel et en cassation, M. X. Ă©tait devenu inĂ©ligible. Le prĂ©fet avait alors compĂ©tence  liĂ©e pour le dĂ©clarer dĂ©missionnaire d’office.
(C.E. 1er juillet 2005, M. X., 261002, pub. Rec. Leb.).

Laisser un commentaire